Le Montespan / Jean Teulé

Publié le par nathalie

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/2/4/7/9782266186742.jpg

 

Dans ce roman historique, Jean Teulé nous conte l'histoire de Louis Henri de Pardaillan de Gondrin, marquis de Montespan, dont on connait mieux la femme, Françoise Athénaïs de Rochechouart, marquise de Montespan, qui fut une des favorites du roi Louis XIV. L'histoire d'un homme cocufié par le roi de France, donc, mais qui, contrairement à tous les nobles de la cour qui rêvaient de voir leur femme dans le lit du roi puisque cela était synonyme de richesse et de gloire, était amoureux fou de sa femme et n'accepta jamais de la perdre.

La Montespan fut la maîtresse du roi pendant une dizaine d'années et eut sept enfants de lui, dont quatre atteignirent l'âge adulte. C'était une femme très belle, pleine de charme et d'esprit, mais également cupide (elle aimait l'argent et le luxe) et orgueilleuse (elle ne supportait pas d'avoir des rivales). Elle abandonna les deux enfants qu'elle avait eus avec le marquis, et leur fille aînée mourut de chagrin à douze ans. Elle confia l'éducation des bâtards royaux à la veuve de Scarron, qui devint marquise de Maintenon,  et dont Louis XIV fit sa nouvelle favorite. La marquise de Montespan fut impliquée dans l'affaire des poisons, et après avoir quitté la cour, elle finit sa vie dans un couvent.

Mais le vrai héros de ce roman, c'est le mari trompé, ce cocu magnifique qui fut l'un des rares nobles de l'époque à oser s'opposer à la toute-puissance du Roi-Soleil. Lorsqu'il revint de la guerre après onze mois d'absence et qu'il retrouva sa femme enceinte du roi, il alla faire un scandale à la cour. Il fit remplacer les plumets de son carrosse par quatre ramures de cerf, et ajouter des cornes à ses armoiries, pour montrer à tous ce que le roi lui avait fait. ll fut emprisonné après avoir traité Louis XIV de canaille, puis exilé dans son château de Guyenne. Il refusa systématiquement l'argent et les titres de gloire que lui proposait le monarque en échange de son silence et de sa discrétion. Avant de mourir, il prononça ces mots : "Je ne réclame que la gloire de l'avoir aimée..."

Tour à tour cocasse, chevaleresque, désespéré, ce marquis plein de panache est un vrai personnage romanesque, dont on suit les aventures avec grand intérêt. Il stigmatise la bassesse et la médiocrité des gens de la cour, qui ne cherchent qu'à profiter des largesses du Roi, et qui raillent sa stupidité. On découvre aussi la vie quotidienne du 17e siècle, et la réalité de l'époque est loin d'être glamour... Les nobles ont les dents pourries, ne se lavent pas, les dames pissent sous leur robe au milieu des salons, bref, c'est assez cru, mais raconté avec beaucoup d'humour  et dans un style piquant et plein de verve. C'est un roman réjouissant mais aussi touchant qu'on a du mal à lâcher avant la fin

 

Le Montespan / Jean Teulé. - Julliard, 2008

En poche : Pocket, 2009 (6,50 €)

Publié dans romans français

Commenter cet article