La relieuse du gué / Anne Delaflotte Mehdevi

Publié le par nathalie

 

Mathilde Berger, 28 ans, a quitté sa carrière débutante de diplomate à Paris pour devenir relieuse, métier que lui a appris son grand-père, aujourd'hui décédé. Elle est installée dans un petit village du Périgord, depuis un an.

Un matin avant l’ouverture de son atelier, un homme inconnu frappe à sa porte et lui apporte un très beau livre de dessins et d’aquarelles à relier. L’homme est très faible, il manque s’évanouir, mais refuse qu’elle appelle un médecin.

Dans la journée, elle apprend que ce même homme a été renversé par un camion près de la gare où il devait prendre le train. Il est mort, mais personne n'a pu l’identifier, car il n’avait pas de papiers sur lui.

Personne ne réclame non plus son corps à la morgue. Mathilde, qui est tombée sous le charme de l’inconnu et de son livre, va faire tout son possible pour découvrir qui il était et retrouver sa famille pour leur rendre le livre.

 

Ce roman très agréable à lire nous plonge dans l'univers d'un petit village, dans la ruelle où vit Mathilde avec ses voisins et amis artisans qui l'ont aidée à s'intégrer, André le boulanger qui lui apporte ses chouquettes et vient boire son café avec elle tous les matins, Sébastien le cordonnier excentrique qui règle ses comptes par petits mots affichés dans sa vitrine, Mr Roche l’horloger dont le cœur, à son grand désespoir, bat aidé par une pile au lithium, ou Melle Billon la quincaillière, la mémoire du village... Je suis tombée sous le charme de cette belle région du Sud-Ouest !

On découvre aussi le métier de relieur, et l’auteur s'y connaît bien puisqu'elle est elle-même relieuse. Les descriptions sont parfois un peu trop techniques, mais ça reste très intéressant de suivre les étapes du travail de Mathilde dans son atelier.

Enfin, petit clin d'oeil à Cyrano de Bergerac, la pièce d’Edmond Rostand, pour laquelle Mathilde a une passion, qu’elle a aussi héritée de son grand-père : des citations de la pièce parsèment le roman et font écho aux pensées et aux émotions de Mathilde. Et comme moi aussi, j'aime beaucoup cette pièce, j'ai apprécié de la retrouver au fil des pages.

Si vous voulez vous changer les idées, lire un roman plus « léger » mais bien écrit, alors ce roman est pour vous !

 

La relieuse du gué / Anne Delaflotte Mehdevi. - Gaïa, 2010

Publié dans romans français

Commenter cet article