Avant d'aller dormir / S. J. Watson (Grande-Bretagne)

Publié le par nathalie

 

Alors, avant toute chose, un conseil : si vous décidez de lire ce livre, ne prévoyez rien d'autre pendant votre journée ou votre week-end, parce qu'une fois que vous l'aurez commencé, vous ne pourrez plus le lâcher jusqu'à la dernière page ! Pour son premier roman, S. J. Watson a fait très très fort, j'ai été bluffée

Une vingtaine d'années plus tôt, Christine Lucas a été gravement blessée dans un accident. Depuis cette époque, elle souffre d'une forme très rare d'amnésie, elle peut accumuler des souvenirs pendant la journée, mais quand elle dort et qu'elle se trouve dans une phase de sommeil profond, tous ses souvenirs sont effacés. Chaque matin, elle se réveille en pensant qu'elle est une jeune étudiante d'une vingtaine d'années, découvre que dans son lit se trouve un homme plus âgé qu'elle et marié, dont elle ne se souvient pas... Chaque matin, cet homme lui explique qu'il est son mari Ben, qu'elle a 47 ans, et qu'ils vivent ensemble depuis plus de vingt ans. Chaque jour, elle redécouvre son histoire, pour l'oublier après chaque nuit.

Depuis quelque temps, à l'insu de son mari, elle rencontre régulièrement le Dr Nash, un neuropsychologue qui s'intéresse à son cas. Il lui a proposé de tenir un journal au quotidien car il pense que cela peut l'aider à faire remonter des souvenirs à la surface. Elle cache ce journal, et le Dr Nash l'appelle chaque matin pour lui dire où le trouver. Ce travail semble porter ses fruits, son histoire commence à prendre forme au fil des pages, mais peu à peu, elle constate des incohérences entre ce qu'elle écrit, ce que lui dit son entourage et les souvenirs qui lui reviennent. A qui peut-elle faire confiance ?  Le seul espoir auquel elle se raccroche alors que les doutes l'assaillent, c'est ce journal qui lui révèle chaque jour qui elle est, et qui va l'aider à avancer sur le chemin de la vérité, aussi dangereux soit-il...

Après un premier chapitre où on assiste au réveil désorienté de Christine et à la découverte de son quotidien, on plonge avec elle dans la lecture de son fameux journal intime, qui s'étale sur les deux semaines précédentes, puis on revient à cette même journée qui verra se jouer le dénouement de l'histoire. La construction est efficace, le rythme haletant, et l'auteur réussit à merveille à nous faire partager les sentiments et les pensées de cette femme désemparée, sans passé, sans identité, qui finit par ne plus savoir si ce qu'elle écrit est la réalité ou le fruit de son imagination... Une réussite !

 

Extrait :

"Mon nom est Christine Lucas. J'ai quarante-sept ans. Je suis amnésique. Je suis assise ici, sur ce lit inconnu, en train d'écrire mon histoire, vêtue d'une nuisette en soie que l'homme qui se trouve au rez-de-chaussée - qui me dit être mon mari, et s'appeler Ben - m'a apparemment achetée pour mon quarante-sixième anniversaire. La pièce est plongée dans le silence et la seule lumière est celle de la lampe posée sur la table de nuit, une douce lueur orangée. J'ai l'impression de flotter, suspendue dans un nuage de lumière.

J'ai pris soin de fermer la porte de la chambre. J'écris ceci en privé. En cachette. J'entends mon mari dans le salon - le doux bruissement du canapé quand il se penche en avant ou se lève, une quinte de toux, poliment étouffée - mais je cacherai ce livre s'il monte au premier. Je le rangerai sous le lit ou sous l'oreiller. Je ne veux pas qu'il me surprenne en train d'écrire. Je ne veux pas avoir à lui dire comment j'ai eu ce cahier.

Je regarde le réveil sur la table de nuit. Il est presque onze heures ; il faut que je fasse vite. J'imagine que bientôt j'entendrai la télévision s'éteindre, un craquement du plancher quand Ben marchera dans la pièce, le cliquetis d'un interrupteur. Ira-t-il dans la cuisine se faire un sandwich ou se servir un verre d'eau ? Ou viendra-t-il directement se coucher ? Je ne sais pas. J'ignore ses rituels. Je ne connais même pas les miens.

Parce que je n'ai pas de mémoire. Selon Ben, selon le médecin que j'ai vu cet après-midi, quand je vais dormir, la nuit prochaine, mon esprit va effacer tout ce que je sais aujourd'hui. Tout  ce que j'ai fait aujourd'hui. Je vais me réveiller demain matin comme ce matin. En pensant que je suis toujours une enfant. Que j'ai devant moi toute une vie de possibilités, de choix.

Et ensuite, je vais découvrir, à nouveau, que je me trompe. Mes choix ont déjà été faits. La moitié de ma vie est derrière moi."

 

Avant d'aller dormir / S. J. Watson ; traduit de l'anglais par Sophie Aslanides. - Sonatine, 2011

Commenter cet article

DORÉ 20/05/2012 19:09


Bonjour nathalie,


Je viens de 'presque finir' ce livre, effectivement, arrivé en page 480, la déception... je m'aperçois qu'il va me manquer la fin de l'histoire, c'est à dire qu'en fin de page, mon dernier début
de phrase commence mais ne se finit pas (extrait : En partant, j'ai.....?????), voilà comment mon livre s'arrête. Défaut de fabrication surement!! quoiqu'il en soit, la ou les dernières pages (je
n'en sais rien!!) sont manquantes, pourrais-tu (dans ta grande bontée!!) m'envoyer le texte de la fin de l'histoire s'il te plaît??. (Si c'est trop long, laisse tomber, j'irais la lire dans une
librairie)


merci...

nathalie 21/05/2012 21:20



Bonsoir,


Désolée mais je n'ai pas le livre, je l'ai emprunté à la bibliothèque... J'espère que tu pourras finir ta lecture rapidement, quel suspense !!!