Un océan de pavots / Amitav Ghosh (Inde)

Publié le par nathalie

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/2/0/8/9782221111802.jpg

 

Cette magnifique couverture cache le premier volume d’une grande saga qui se déroulera sur trois tomes. L'histoire débute en 1838, au Bengale, là ou coule le fleuve sacré du Gange jusqu'à Calcutta. L’Inde est sous domination britannique, la culture du pavot est omniprésente dans les campagnes, monoculture imposée aux paysans par les Anglais pour fournir les factoreries d’opium, principale source de leur richesse.

 

Le récit commence par une vision de Deeti, une paysanne qui cultive le pavot : un grand bateau inconnu qui ressemble à un oiseau lui apparaît alors qu'elle se baigne dans le Gange avec sa fille. Ce bateau, c’est l’Ibis, une goélette achetée par Mr Burnham, un anglais de Calcutta qui a fait fortune grâce au commerce du pavot. Il veut réaménager le bateau qui servait au transport des esclaves, afin de transporter un groupe de coolies, des travailleurs indiens sous contrat, jusque dans ses plantations de l’île Maurice.

 

La plus grande partie du roman est l'occasion pour l'auteur de présenter ses personnages et leur histoire : Deeti,  qui est mariée à un opiomane, n'a qu'une fille et arrive péniblement à joindre les deux bouts ; Kalua, un homme de son village, d’une caste inférieure, qui l'aime en secret ; Zachary Reid, un marin américain embarqué sur l’Ibis à Baltimore comme menuisier, et qui se retrouve commandant en second du navire  à la suite des  péripéties du voyage,  mais  personne ne soupçonne qu'il est métis (son père est un blanc et sa mère une esclave affranchie),  et ce secret pourrait ruiner sa carrière ;  le Raja Neel Rattan, un riche propriétaire terrien qui commerce avec les anglais ;  Paulette Lambert, fille d’un botaniste français, recueillie par la famille Burnham après la mort de son père ;  Jodu, un jeune indien qui a été élevé avec Paulette et rêve de devenir marin ; et  Baboo Nob Kissin, un employé de Mr Burnham adepte du culte de Krishna.

 

Le point commun de tous ces personnages, si différents de par leur origine et leur parcours, est justement l'Ibis, puisqu’ils vont tous se retrouver sur le bateau, en route pour Mareech, l’île Maurice, et une nouvelle vie. Une grande aventure collective commence alors, au-delà des castes et des différences, en quête d'une vie nouvelle.

 

Le style est très romanesque, beaucoup de descriptions, un rythme assez lent, mais grâce au talent de conteur d'Amitav Ghosh, on est emporté dans ce roman d'aventures au souffle épique. S'y ajoute le plaisir de la langue : le bengali, le bhojpuri, un parler plus populaire, le langage des marins, mélange d'anglais et  de dialecte.  Dommage cependant qu’il n’y ait pas de glossaire pour les nombreux mots en langue originale. Un très beau voyage en tout cas !

 

Un océan de pavots / Amitav Ghosh ; traduit de l'anglais (Inde) par Christiane Besse. Robert Laffont, 2010 (Pavillons)

 

 

Publié dans romans étrangers

Commenter cet article