Meurtre en librairie / Carolyn G. Hart (Etats-Unis)

Publié le par nathalie

http://www.bibliosurf.com/local/cache-vignettes/L150xH225/arton14855-242a4.jpg

Annie Laurance a quitté New York et son petit ami Max Darling pour s’installer sur l’île de Broward’s Rock, au large de la Caroline du Sud. Elle a en effet repris la librairie de son oncle Ambrose, décédé quelques mois plus tôt. C’est une librairie spécialisée en romans policiers, qui s’appelle « Crimes à la demande ».

Tous les dimanches soirs, Annie invite quelques auteurs locaux pour une causerie. L’un d’entre eux, Elliot Morgan, un type arrogant et antipathique, lui annonce qu’il va publier un livre dans lequel il dévoilera les secrets inavoués de certains auteurs de romans policiers, et qu’à la prochaine causerie il fera quelques révélations en avant-première… Autrement dit, il va balancer sur ses collègues de l’île, et d’après lui, il y a de la matière ! Annie refuse mais il fait pression sur elle en lui disant qu’il a racheté la librairie et en la menaçant d’augmenter son loyer de sorte qu’elle devra mettre la clé sous la porte.

Le fameux dimanche soir, la petite équipe habituelle est rassemblée dans la librairie. Au moment où Morgan commence son discours, les plombs sautent, et toute l’assistance est plongée dans l’obscurité. Lorsqu’Annie réussit à remettre la lumière, le corps d’Elliot Morgan git par terre, mort, la gorge percée d’une fléchette…

Saulter, le chef de la police, porte très vite ses soupçons sur Annie, qui avait le mobile (l’argent) et les moyens de commettre le meurtre. Il en vient même à l’accuser d’avoir assassiné son oncle pour récupérer sa librairie. La seule solution pour Annie est alors d’enquêter par elle-même et de découvrir l’assassin pour prouver son innocence. Aidée par Max, qui a retrouvé sa trace et l’a rejointe sur Broward’s Rock, elle va explorer le passé de chaque auteur présent à la librairie le soir du meurtre pour découvrir qui, parmi eux, aurait eu le plus intérêt à ne pas voir son secret divulgué…

Un polar plutôt sympa. Ce qui fait son originalité, c'est que l'héroïne est libraire, ce qui permet à l’auteur de faire des tas de références aux écrivains et aux personnages de romans policiers, une façon pour elle de rendre hommage à l’histoire de la littérature policière anglo-saxonne.

Deux autres titres de la série ont été traduits en français : La libraire mène l'enquête et Libraire cherche fantôme.

 

Meurtre en librairie / Carolyn G. Hart ; traduit de l’américain par Gérard de Chergé. – Liana Levi, 2004. – (Piccolo)

Commenter cet article